Notre lettre 607 publiée le 21 août 2017

Cardinal Burke : L'ÉTERNELLE BEAUTÉ DE LA LITURGIE TRADITIONNELLE

« Je suis très heureux que l’usus antiquior vive maintenant dans la pleine paix de l’Église, même chez les jeunes, soutenu et célébré par de grands cardinaux. » Lettre du Pape Benoît XVI au délégué général du Cœtus Internationalis Summorum Pontificum (CISP) le 1er septembre 2014

En octobre 2014, le troisième pèlerinage à Rome du peuple Summorum Pontificum coïncidait avec le dixième anniversaire de la fondation de Juventutem, l'organisation qui permet aux jeunes qui le souhaitent de se retrouver autour de la liturgie tridentine durant les JMJ. Pour l'occasion, le Pape Benoît XVI avait accordé une audience conjointe au trésorier de Juventutem et au délégué général du CISP qui organise le pèlerinage. Par « grands cardinaux », le Saint-Père faisait référence aux cardinaux Pell et Burke, annoncés parmi les célébrants de cette édition 2014. Si le cardinal Pell, malade, se fit représenter par son secrétaire, le cardinal Burke, lui, fut bien fidèle au rendez-vous et prononça en la basilique Saint-Pierre de Rome l'homélie que nous vous proposons cette semaine.

Cette année, le cardinal Burke participera au pèlerinage anniversaire des 10 ans du motu proprio comme simple pèlerin : il suivra les travaux du colloque du 14 septembre, assistera aux messes des 15 et 16 septembre à la Minerve et à Saint-Pierre et présidera le buffet du clergé le samedi (*).

Encore une fois, rendons grâce au Pape Benoît XVI pour le motu proprio Summorum Pontificum et remercions le Seigneur pour les grands cardinaux qui, à l'instar du cardinal Burke, n'hésitent pas à soutenir la diffusion de la forme extraordinaire du rite romain.


(*) Le programme complet du pèlerinage peut se consulter ici. L'inscription est requise pour le congère du jeudi 14 comme pour le buffet du clergé le samedi.



Basilique Saint-Pierre de Rome, samedi 25 octobre 2014

Bien chers fidèles,

Vous avez quitté vos maisons et votre activité ordinaire pour venir en pèlerinage vers un lieu extraordinaire, le Siège de Pierre, motivés par votre gratitude envers le Seigneur pour le don le plus beau qu’il nous fait dans l’Église, celui de la Sainte Liturgie. Car c’est le successeur de Pierre qui a la responsabilité de préserver et de promouvoir ce don pour tout le troupeau répandu à travers le monde. Remerciez le Seigneur, de façon particulière, pour l’éternelle beauté de la forme traditionnelle des rites liturgiques de l’Église latine, de la « richesse de la liturgie romaine » que le pape Benoît XVI, par sa Lettre apostolique Summorum Pontificum, donnée motu proprio le 7 juillet 2007, « a rendu plus accessible à l’Église universelle » (1). Avec la messe pontificale célébrée selon la forme extraordinaire du rite romain en cette magnifique Basilique érigée sur la tombe de saint Pierre, votre pèlerinage atteint son sommet.

Faisant mémoire de saint Pierre et implorant son intercession, nous honorons la cura animarum toute spéciale de ses successeurs, exprimée de la façon la plus noble et la plus entière dans la préservation et la promotion de la Sainte Liturgie. Dans sa Lettre apostolique Summorum Pontificum, le pape Benoît XVI nous a rappelé que « les Souverains Pontifes ont toujours veillé jusqu’à nos jours à ce que l’Église du Christ offre à la divine Majesté un culte digne, "à la louange et à la gloire de son nom" et "pour le bien de toute la sainte Église". » (2)

Dans cette même Lettre apostolique, Benoît XVI a souligné de façon particulière l’exceptionnelle attention apportée à la liturgie par les papes saint Grégoire le Grand, saint Pie V et saint Jean-Paul II. Pour ma part, je tiens à rappeler aujourd’hui la contribution apportée, dans la continuité de celle de ces grands pontifes, par le pape Benoît XVI en matière de préservation et de promotion de la Sainte Liturgie comme expression la plus parfaite et la plus élevée de notre vie dans le Christ dans Sa Sainte Église.

Nous célébrons actuellement la Messe votive de la Sainte Vierge au Samedi, conscients que la Mère de Dieu toujours nous accompagne dans nos pèlerinages. Avec tout son amour maternel, Notre-Dame nous a accompagnés en ce Temple saint pour nous montrer la nature extraordinaire de notre vie ordinaire vécue dans le Christ grâce à la présence du Saint-Esprit dans nos âmes. Avec son amour maternel elle a voulu répondre à notre dévotion, nous conduisant à la rencontre vraiment extraordinaire de son divin Fils dans la communion en Son corps, Son sang, Son âme et Sa divinité. La Sainte Communion est la vraie et irremplaçable nourriture de notre pèlerinage terrestre dont la destination est la vie éternelle en présence de Dieu – Père, Fils et Saint-Esprit –, en communion avec les anges et avec les saints. Dans chaque pieux pèlerinage que nous accomplissons sur terre nous découvrons chaque fois un peu plus notre identité profonde de pèlerins et nous bénéficions d’un avant-goût du Banquet des noces de l’Agneau (3), terme de notre pèlerinage terrestre.

Le Seigneur a permis que Sa mère, comme la Sagesse louée dans le livre du Siracide, demeure en tout lieu saint, qui est uni à Jérusalem, la Cité bien-aimée du Seigneur, pour servir « devant Lui », dispensant ses nombreuses grâces de vérité et de lumière aux pèlerins (4). En cette « maison sainte », suivant l’exemple de la Mère de Dieu et implorant son intercession, nous découvrons que notre seul « partage », notre seul « héritage » c’est le Seigneur vivant pour nous dans l’Église et que notre demeure permanente se trouve au milieu d’un peuple saint, dans « l’assemblée de tous les saints ». (5)

En pèlerinage pour célébrer le grand don de la Sainte Liturgie, nous comprenons toujours mieux le sens profond des paroles du Seigneur dans l’évangile. Quand « une femme au milieu de la foule » qui écoutait Son enseignement « éleva la voix » pour louer Sa mère, « les entrailles qui [L’] ont porté, et le sein qui [L’] a allaité », le Seigneur indiqua la vraie source de la béatitude de Sa mère, à savoir sa parfaite obéissance à la Loi de Dieu à laquelle elle avait été préparée en vue de devenir Sa mère. Le Seigneur déclara : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent » (6). En ce pèlerinage, la Mère de Dieu nous invite à imiter son obéissance, de sorte que le Seigneur puisse purifier nos cœurs des affections désordonnées qui nous conduiraient au péché et à la mort tout en les enflammant de l’amour de Sa Loi qui nous mène à une vie vertueuse et à la vie éternelle.

Pèlerins en compagnie de l’éminente Mère de Dieu, nous prions, par son intercession, afin d’obtenir la grâce de l’imiter, offrant entièrement nos cœurs au Christ, en particulier par notre fidèle participation à la Sainte Liturgie, source de la sagesse et de la force divines dont nous avons besoin pour suivre le Christ de tout notre cœur. Reposant notre cœur, uni au Cœur Immaculé de Marie, dans le Très Saint Cœur de Jésus par notre culte à Dieu le Père, nous offrons à Dieu l’amour pur et désintéressé par lequel Il nous a, en premier, aimés. Nous reconnaissons notre unique « héritage » dans le Cœur de Jésus et nous demeurons fermes sur le chemin qui nous mène aux demeures éternelles « au milieu du peuple glorifié » (7), dans l’assemblée de tous les saints, au Banquet des Noces de l’Agneau.

Unis au Cœur Immaculé de Marie, élevons maintenant nos cœurs vers le glorieux Cœur transpercé de Jésus. Rassemblés dans le Cœur de Jésus, unissons-nous à Lui dans le sacrifice eucharistique qu’Il nous offre maintenant. Instruits à l’école de Marie, notre Mère, offrons avec le Christ toute notre vie à Dieu le Père, par un amour pur et désintéressé. Prions afin que, grâce à notre pèlerinage d’aujourd’hui, notre Bienheureuse Mère nous aide à répondre chaque jour à l’invitation que nous fait Jésus de Lui offrir nos cœurs et d’arriver, avec Lui, à notre demeure éternelle dans les cieux.

Cœur de Jésus, maison de Dieu et porte du Ciel, ayez pitié de nous !
Ô Marie Immaculée, Mère de la Divine Grâce, priez pour nous !
Saint Pierre, Prince des Apôtres, priez pour nous !


Cardinal Raymond Leo Burke

(1) Instruction Universae Ecclesiae, §1
(2) « Summorum Pontificum cura ad hoc tempus usque semper fuit, ut Christi Ecclesia Divinae Maiestati cultum dignum offerret, "ad laudem et gloriam nominis Sui" et "ad utilitatem totius Ecclesiae Suae sanctae". » Benedictus PP. XVI, Epistula Summorum Pontificum, "De usu extraordinario antiquae formae Ritus Romani", 7 juillet 2007, Acta Apostolicae Sedis.
(3) Cf. Ap 19, 7.
(4) Sir 24, 14-15.
(5) Sir 24, 16.
(6) Lc 11, 27-28.
(7) Sir 24, 16.

A la une

Nos dernières lettres

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique